Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Blizzard: Cinq questions à Bruno Gagnon de la FLIP Fabrique

La compagnie québécoise FLIP Fabrique est maintenant dans la cour des grands. Elle passera le temps des Fêtes à la TOHU avec Blizzard, une œuvre hivernale qui vous emportera dans une poésie d’émerveillement. Après des passages marquant avec Attrape-moi et Transit, FLIP Fabrique est de retour le temps de quelques spectacles.

Entretien avec Bruno Gagnon, directeur général et artistique de la troupe de Québec et artiste de Blizzard.

En comparaison avec l’ensemble des œuvres créées par FLIP Fabrique, où se trouve Blizzard pour vous ?

Blizzard est selon moi le spectacle qui est le plus abouti. On a commencé avec Attrape-moi, qui était très simple, autant dans la dramaturgie que dans le décor, la musique et les costumes. C’était vraiment afin de montrer nos vraies couleurs : l’énergie, l’amitié et la connivence. Ensuite, on s’est embarqué dans Transit, dans lequel on a mis le paquet, avec plus de costumes et de décors. Puis maintenant, avec Blizzard, tout est vraiment plus abouti, plus poussé, que ce soit la musique, la scénographie, les effets spéciaux, la neige, l’enregistrement en direct, les costumes… Bref, on a vraiment pris plus de temps pour faire cette création-là. Donc j’avouerais que c’est là où se situe Blizzard dans nos trois créations. C’est notre spectacle le plus peaufiné.

Comment est née l’idée de combiner l’hiver et le cirque ?

L’idée initiale était de s’inspirer des quatre saisons, jusqu’à ce qu’on apprenne que Cirque Plume était en train de faire exactement le même spectacle qui va s’appeler La Dernière Saison. Alors avec Olivier Normand, le metteur en scène, on s’est dit que l’hiver était la saison la plus forte pour ce qu’on voulait faire. Ensuite, on a fait notre création en plein hiver, en janvier, donc on a été très inspiré. Les batailles de neiges, le froid ressenti lorsqu’on sort à l’extérieur… On a voulu amener ces éléments sur scène. Et évidemment, on y a ajouté de la poésie, comme le piano, qui est enivrant.

article-image
Sébastien Durocher

Justement, d’où est venue l’idée d’avoir un musicien en direct sur scène?

C’est important de mentionner que tous les sons qu’on entend, c’est live. Soit à partir de la console, comme des bruits de pas, soit à partir du piano. Quand on entend quelque chose, c’est le musicien qui l’a joué et qui l’a programmé. C’est certain qu’à cause de ça, il garde le rythme du spectacle, à travers les transitions et les applaudissements.

Pour le casting, cherchiez-vous quelque chose de précis ?

Il y a trois fondateurs qui sont sur le spectacle : Hugo Ouellet-Côté, Camila Comin et moi. Donc déjà là, ça forme une bonne partie du cast. Aussi, on voulait vraiment du cadre coréen. On a donc recruté Samuel Ramos, le porteur de cadre. Puis finalement, William Jutras, parce qu’il fait du hula hoop et que dans les créations de FLIP Fabrique, il y a toujours du hula hoop. On a toujours du hula et du trampo-mur et il va même y en avoir dans notre prochaine création!

Votre première a eu lieu à Amsterdam. Quelle est la réception de Blizzard à l’international?

Les gens capotent! C’est des acrobaties c’est clair, donc les gens sont impressionnés. Mais le public s’éduque et s’habitue avec tous les spectacles qui sortent. Le cirque québécois commence vraiment à rayonner et être un gage de qualité. Ça joue en notre faveur. Quand on est allé au Fringe à Édimbourg, ça vraiment bien été. On était l’un des spectacles qui ont le plus vendu. Sinon, quand on est allé à Amsterdam, on a réalisé que la compagnie commençait vraiment à avoir un essor aux Pays-Bas. Ça s’est super bien passé, ils ont adoré. C’était le plus gros show qu’ils avaient produit. Pour plusieurs, le plus froid qu’ils ont ressenti, c’est de mettre la main dans le congélateur. C’est sûr que pour eux, c’est quand même exotique une proposition hivernale comme Blizzard.

 

Blizzard est présenté à la TOHU du 17 décembre au 5 janvier.

Billets en vente dès maintenant.

TOHU

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522

MONTRÉAL COMPLETÈMENT CiRQUE

Du 6 au 16 juillet 2017

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522