Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
BOSCH DREAMS – UNE FRESQUE MULTIPLATEFORME UNIQUE

BOSCH DREAMS – UNE FRESQUE MULTIPLATEFORME UNIQUE

Samuel Tétreault, le créateur du spectacle et co-fondateur des 7 Doigts nous livre ici, dans cette seconde entrevue avec nous, les secrets de du processus créatif de Bosch Dreams tout en nous partageant plusieurs souvenirs.

Bosch Dreams sera présenté par Radio-Canada dans le cadre de MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE du 4 au 14 juillet à la Salle Pierre-Mercure, en collaboration avec Desjardins.

Pour lire notre première entrevue avec Samuel Tétreault, cliquez ici.

Quels sont le défi et l’intérêt de combiner plusieurs arts comme les arts visuels avec le cirque?

Nous avons toujours souhaité intégrer différentes formes artistiques à nos spectacles depuis les débuts des 7 Doigts. Nous percevons celles-ci comme étant différentes façons de toucher le public. Ces différentes formes artistiques, telles que le théâtre, la danse et la vidéo, sont utilisées en complémentarité avec les arts du cirque en rendant service à l’histoire ou à l’émotion que nous cherchons à exprimer. Bosch Dreams est un mélange de cirque, de cinéma d’animation et de théâtre utilisés en complémentarité avec l’œuvre picturale du peintre Jérôme Bosch. Il en résulte un spectacle unique qui ne peut être confiné à une seule catégorie ou un seul genre. Il peut autant toucher les publics de théâtre, de cirque ou d’art visuel. L’un des défis de Bosch Dreams était l’intégration de films d’animation dans un spectacle vivant afin de créer une expérience fluide pour le spectateur; celui-ci se retrouve tantôt comme au cinéma à regarder un film et tantôt comme au théâtre, sans qu’il ne réalise vraiment comment nous l’avons transporté d’une convention à l’autre. Ainsi, les arts visuels et le travail d’animation vidéo réalisés par Ange Potier ne servent pas simplement d’écrin visuel mais prennent carrément, lors des quelques courts métrages d’animation, le relais pour tisser le fil dramaturgique du spectacle.

Pourquoi avoir intégré un conférencier qui informe le public durant le spectacle ?

Jérôme Bosch est à la fois pour les aficionados l’un des artistes les plus fascinants de tous les temps, mais il est aussi pratiquement inconnu pour une grande majorité de gens. En fait, lorsque j’ai commencé à travailler à l’écriture du spectacle, j’ai testé les connaissances des gens autour de moi et je me suis rendu compte que même un grand nombre de collègues du milieu des arts ne connaissaient pas Jérôme Bosch !

J’ai donc eu envie de créer un réel hommage à cet artiste afin de le faire découvrir à un plus large public, d’où le parti-pris de rendre son œuvre accessible directement aux spectateurs à travers des projections vidéos plutôt que de simplement l’évoquer de manière abstraite. Et puis quoi de mieux qu’un prof passionné de Bosch pour nous guider à la découverte de son œuvre ?

Pour imaginer le rôle du Professeur Thomas dans le spectacle, je me suis inspiré du Bosch Research and Conservation Project, un regroupement international de chercheurs spécialistes de l’œuvre de Bosch, qui a œuvré pendant sept ans à préparer la grande exposition pour le 500e anniversaire de la mort du peintre, présentée au Het Noordbrabants Museum à Bois-le-Duc en 2016. J’ai donc imaginé un intellectuel passionné qui aurait consacré sa vie à l’étude de l’œuvre de Bosch mais qui, par le fait même de cette passion dévorante, aurait négligé de réellement s’investir dans sa propre vie. À la veille du point culminant de sa carrière, alors qu’il cherche le sens profond de l’œuvre de Bosch pour rédiger la conclusion de la conférence qu’il doit prononcer à l’ouverture de cette grande exposition, le professeur Thomas se retrouve confronté au sens de sa propre vie.

article-image
Les 7 Doigts

En quoi ce spectacle se différencie de tes autres mises en scène avec les 7 Doigts, tels que Vice & Vertu ou Triptyque ?

Chacune de mes créations diffère souvent de la précédente et de la suivante puisque chacune d’entre elles représente un univers différent. L’une des choses que je préfère le plus dans mon travail de directeur artistique est la possibilité d’explorer différents processus de création et différents métissages du cirque avec d’autres formes artistiques.

Triptyque, créé en 2015, était un projet motivé par un désir très personnel d’explorer les possibilités de dialogue entre la danse et le cirque. Je pouvais aller à la rencontre, autant comme directeur artistique qu’interprète sur scène, du processus créatif avec trois chorégraphes de renom. Ma collaboration avec ces chorégraphes m’a permis d’explorer un travail plus abstrait et moins narratif que mes créations précédentes via une approche essentiellement chorégraphique.

Vice et Vertu, créé en 2017 pour le 375e anniversaire de Montréal, était une fresque historique inspirée d’événements et de personnages réels qui ont marqué l’histoire de Montréal. Dans le cadre de cette création, j’ai fait appel à un historien ainsi qu’à un dramaturge pour peaufiner le scénario et les textes de ce parcours-spectacle immersif de plus de trois heures qui mettaient en scène près de 80 personnages du Montréal des années 1910 à 1950. Cette création, dont la distribution comptait une trentaine d’artistes, m’a donné l’opportunité de collaborer avec des acteurs et des musiciens en plus des artistes de cirque. Cette opportunité m’a permis d’approfondir une approche plus théâtrale de la mise en scène en complémentarité avec les arts du cirque.

Bosch Dreams est une réponse à une commande, en quelque sorte, afin commémorer le 500e anniversaire de la mort d’un peintre célèbre. Il y avait donc aussi un grand travail de recherche historique et de documentation à effectuer en amont. Et lorsque j’aborde un projet de création, c’est pour moi un plaisir aussi grand d’avoir un thème ou un sujet imposé pour ainsi avoir à le découvrir et se l’approprier, que de partir de la page blanche avec mes seules envies artistiques comme piste de recherche. Je crois que ce qui distingue réellement Bosch Dreams de mes autres créations est ce mélange unique entre le cirque et le cinéma d’animation. La collaboration avec un animateur/illustrateur dès l’étape d’écriture du spectacle m’a permis d’imaginer des liens, des transitions et des effets de mise en scène qui nous entraînent de manière parfaitement fluide entre le spectacle vivant et le cinéma d’animation.

Lorsque l’on assiste au spectacle, on se voit transporté dans un univers imaginaire où des tableaux prennent vie. Comment avez-vous réussi un tel résultat pour Bosch Dreams?

L’univers des peintures de Bosch avec son aspect surréaliste et onirique se prête bien à imaginer toute sorte de fantaisies; tout est possible dans ce monde peuplé d’animaux imaginaires, de fruits géants, de monstres et d’allégories! Les tableaux de Bosch prennent vie tout au long du spectacle grâce aux rêves entrecroisés des différents personnages et à leurs allers-retours entre le monde réel et celui des peintures de Bosch. Ces voyages « spatio-temporels » sont notamment marqués par des éléments de décor ou des personnages des peintures de Bosch qui apparaissent d’abord sous forme de projections vidéo avant de faire irruption sur scène. L’inverse se produit également, où des personnages issus du monde du réel, tels que Jim Morrison, Dali, ou la fille du Professeur Thomas, voyagent depuis la scène jusqu’à l’intérieur d’un film d’animation où les paysages et les personnages de Bosch prennent vie.

article-image
Jardin des Délices - Jérôme Bosch

Bosch Dreams a fait le tour du monde et a été acclamé dans plusieurs pays. Quel en est ton souvenir le plus marquant?

Mon meilleur souvenir demeure la première du spectacle en Hollande en septembre 2016 devant le public de Hertogenbosch (Bois-le-Duc), la ville de naissance de Jérôme Bosch. De plus, c’était l’année de commémoration des 500 ans du décès de Bosch. Il y avait donc sur place de nombreux dignitaires hollandais liés à l’organisation de cette « année hommage » , en plus des citoyens de Bois-le-Duc. L’accueil dithyrambique et les commentaires élogieux qu’Ange et moi avons reçus après le spectacle nous confirmaient que nous avions réussi notre pari de créer un spectacle qui saurait toucher à la fois les néophytes et les plus grands connaisseurs de l’œuvre de Bosch.

Notre première représentation à Hong Kong représente pour moi un autre souvenir mémorable. Le spectacle y était présenté avec des sous-titres en mandarin et où, malgré la grande différence culturelle, la réception a été des plus enthousiastes.

De plus, je crois qu’un moment fort pour les artistes fut d’avoir joué en Espagne puisqu’ils ont pu voir de leurs yeux le triptyque du Jardin des Délices au musée du Prado, à Madrid.

Comment te sens-tu à l’approche de présenter pour une dernière fois Bosch Dreams, et ce dans le cadre de MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE ?

Je suis si content que le spectacle puisse enfin être vu à Montréal afin que je puisse le partager avec mes amis, ma famille et tout le public montréalais! Je sais néanmoins que je vais en quelque sorte vivre un deuil; celui d’une œuvre. C’est le propre de l’art vivant, contrairement aux peintures qui restent, l’art vivant ne perdure qu’à travers l’expérience des spectateurs, leurs souvenirs et l’influence qu’il a potentiellement sur leur esprit et dans leur vie.

Après le 14 juillet, soit la dernière représentation du spectacle, il restera pour moi le souvenir d’une aventure extraordinaire partagée avec tous les artistes qui auront, pendant trois ans, permis de donner vie à ce rêve créatif, qui aura été également le dernier que j’aurai partagé avec mon ami et collègue Martin Tulinius.

Pour terminer, comment qualifierais-tu Bosch Dreams en seulement trois mots ?

Onirique, Mystérieux et Envoutant

Bosch Dreams est dédié à la mémoire de Martin Tulinius (1967 – 2016) dont l’enthousiasme et la passion créative ont été essentiels à la naissance de ce rêve artistique.
À l'instar de Jérôme Bosch, Martin était conscient du caractère périssable de la vie et du fait que l’essentiel, c’est la manière dont nous choisissons de la vivre pendant qu’elle nous appartient. Il a choisi de vivre la sienne pleinement, inspirant nombre de gens tout au long de son chemin.

Puisse son esprit joyeux continuer de vivre à travers ce spectacle.

- Samuel Tétreault

Bosch Dreams est présenté par Radio-Canada, en collaboration avec Desjardins, du 4 au 14 juillet à la Salle Pierre-Mercure. Billets à partir de 36$, en vente dès maintenant.

TOHU

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522

MONTRÉAL COMPLETÈMENT CiRQUE

Du 6 au 16 juillet 2017

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522