Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
TABARNAK : Cinq questions à Jean-Philippe Cuerrier

TABARNAK : Cinq questions à Jean-Philippe Cuerrier

La sympathique bande du Cirque Alfonse est de retour à la TOHU pour y présenter son truculent spectacle TABARNAK. C’est un retour aux sources pour la troupe de Saint-Alphonse-Rodriguez puisqu’ils y avaient présenté la toute première représentation de ce spectacle mis en piste par Alain Francoeur, et ce dans le cadre de MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE en 2017.

Ce spectacle, qui a pour thème l’église en tant que lieu, s’avère un joyeux happening! Accompagnée d’un groupe musical rock sur scène, la troupe du Cirque Alfonse offre pour sa troisième œuvre une messe à gogo surréaliste!

À quelques heures de leur rentrée montréalaise, nous avons rencontré Jean-Philippe Cuerrier Saint JP de Cuerrier, membre du Cirque Alfonse. (Et occasionnelle barmaid bavaroise lors de MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE.)

En quoi le spectacle a-t-il évolué depuis sa première représentation?

TABARNAK a grandi de lui-même puisqu’on l’a présenté partout dans le monde, et ce dans des conditions et des configurations toutes différentes des unes des autres.  C’est pour ça que c’est intéressant de revenir à la TOHU puisqu’on pourra montrer ce que notre spectacle est devenu.

Le spectacle s’est resserré, on a retiré et ajouté des éléments. On est plus solides. En 2017, lors de notre première, on était là pour avoir du fun. Maintenant, on en a pour vrai !

Que s’est-il passé pour votre troupe depuis 2017?

On a beaucoup joué TABARNAK partout dans le monde. On a dû souvent adapter le spectacle selon le lieu où on le présentait, que ce soit en salle ou en chapiteau. On jouait parfois sur une toute petite scène, et à d’autres reprises il faisait une température de 35 degrés. Le spectacle a ainsi évolué.

Comment s’est passée votre tournée mondiale?

Ça avait étonnamment marché très fort en Australie. C’est peut-être dû au fait que nous sommes deux peuples qui se ressemblent, qui avons été tous deux colonisés! Nos visions par rapport à la religion s’avèrent également très semblables. On a également eu beaucoup de plaisir au Fringe d’Édimbourg. Un Fringe peut s’avérer parfois difficile, mais le mot s’est transmis sur place, et nous y avons eu de belles soirées!

article-image
Benoît Z. Leroux

Pour les néophytes de votre œuvre, pourquoi avez-vous choisi le titre TABARNAK?

D’abord, c’est le premier mot que les étrangers apprennent lorsqu’ils arrivent au Québec. On trouve ça bien drôle de leur apprendre notre pire mot! C’est un spectacle destiné à tourner à l’international alors on savait qu’on allait se faire reconnaître partout dans le monde grâce à ce titre. C’est un spectacle très « québécois »; on y présente nos racines.

En quoi les éléments du spectacle se rattachent-ils à vos expériences vécues, par rapport à l’église?

Ce spectacle a pour thème l’église, et non la religion. On veut y véhiculer ce que cet endroit représente pour nous. C’est un lieu de rassemblement. Les gens allaient à l’église comme s’ils allaient voir un spectacle. Mais dans notre spectacle,  il n’y a pas de curé… c’est plutôt une messe à notre façon!

On veut y représenter le côté rassembleur. Par exemple au début, on y représente les bazars traditionnels de sous-sols d’église. On y a donc inséré des objets qu’on souhaitait les plus représentatifs du Québec, tels que le hockey, qui est comme une religion pour nous! On a souhaité présenter ainsi le Québec à l’étranger.

TABARNAK, mis en piste par Alain Francoeur, est présenté par URBANIA à la TOHU du 2 au 12 octobre. Billets en vente maintenant.

article-image
Benoît Z. Leroux

TOHU

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522

MONTRÉAL COMPLETÈMENT CiRQUE

Du 6 au 16 juillet 2017

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522