Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Les activités au Parc Sohmer

Les activités au Parc Sohmer

Découvrez le passé circassien de Montréal et notamment le Parc Sohmer qui a participé à une offre culturelle et très riche à la fin des années 1890s.

Le Parc Sohmer, situé au bord du Saint-Laurent était très prisé des montréalais qui profitaient des beaux jours pour se promener le long de la magnifique promenade et s’installer aux différentes tables qui avaient été installées. Ils en profitaient alors pour se désaltérer avec de la bière d’épinette, et déguster des mains à la mélasse. La preuve en images:

article-image
Source: Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Mais très vite, Ernest Lavigne et son associé Louis-Joseph Lajoie décident de proposer une programmation culturelle aux accents circassiens, dont nous avons fait mention dans l’article sur les Princes.

Les contorsionnistes apparaissent très vite dans la programmation culturelle du Parc Sohmer qui prend alors des airs de foires foraines et de cirque. Les artistes ont souvent des surnoms originaux à la limite du bizarre : « Baggesen l’homme tire-bouchon », « Alexia l’homme-lézard », « Luciano l’homme-serpent », «Juno Salmo l’homme-grenouille ». Leurs costumes sont flamboyants, font penser aux reptiles à qui ils empruntent le nom. Les décors et les mises en scène ont énormément d’importance pour appuyer le jeu des artistes et pour émerveiller encore plus le public. S’ils ne sont jamais l’attrait principal du programme proposé au Parc, leur présence est bien réelle et participe à la diversité de numéros.

article-image
Source: Fond Soury - Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerrannée

Déjà à la recherche de sensations fortes, Ernest Lavigne annonce dans la programmation de l’automne 1891, la venue de Dixon, un funambuliste qui vient à peine de traverser les rapides Whirlpool aux chutes du Niagara. Comme indiqué dans La Presse du 4 septembre 1891, il souhaite traverser le Saint-Laurent depuis le parc Sohmer jusqu’à l’île Ste-Hélène. Malheureusement le maire McShane lui refuse la permission de la traversée le fleuve, et c’est donc à 200 pieds de hauteur sur toute la surface du parc Sohmer que Dixon exécute son numéro.  Quelques années plus tard, pour l’ouverture de la saison d’été en 1895, c’est au tour de Calcedo de faire des prouesses dans les airs sur un fil de fer. On pourrait presque dire que c’est le père du fil mou puisqu’il imprègne au fil de fer tendu à 18 pieds de hauteur un balancement qui lui permet d’effectuer des figures et de se propulser dans les airs. Regarder ce court clip d’archive de la « Library of congress » 

Source: Le parc Sohmer de Montréal : 1889-1919 : un lieu populaire de culture urbaine, Yvan Lamonde et Raymond Petit

Cet article a été rédigé grâce à la précieuse collaboration de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

  • partenaire

TOHU

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522

MONTRÉAL COMPLETÈMENT CiRQUE

Du 6 au 16 juillet 2017

Comment nous joindre:
Billetterie: +1 514 376-TOHU (8648)
Sans frais: 1 888 376-TOHU (8648)
Bureaux administratifs: +1 514 374-3522